La grande magie – 2003

Comédie d’Eduardo De Filipo

Résumé

L’histoire se déroule dans l’Italie des années 50, au sein d’un riche hôtel en bord de mer. Le rideau s’ouvre alors que trois clientes discutent du couple attraction de l’hôtel : Calogero et Marta Di Spelta. Si les deux partenaires sont objets de la risée, c’est que le mari, Calogero, est profondément jaloux : il ne supporte pas que quelqu’un pose un regard sur Marta. Or, depuis peu, Marta est l’objet d’une attention particulière de la part d’un bellâtre italien : Mariano D’Albino. La femme de Calogero aimerait pouvoir répondre aux avances de cet homme, mais elle ne peut s’éloigner de son mari. Elle imagine donc un moyen sûr de pouvoir rencontrer son futur amant : sachant qu’un grand magicien vient de s’installer dans l’hôtel, elle fait appel à ses services pour se faire disparaître lors d’un tour de magie. Pendant ce temps, elle pourra rejoindre un moment Mariano. Le magicien a accepté, au prix d’une coquette somme, de se prêter à ce jeu. Le spectacle a donc lieu ; Marta disparaît ; il est convenu qu’elle revienne au bout d’un quart d’heure. Le problème provient du fait qu’elle ne reviendra pas. Le pauvre magicien, qui a le mari en face de lui, se voit dans l’obligation d’inventer une histoire pour ne pas dire la cruelle vérité à Calogero. C’est alors que le magicien fait croire au mari que ce dernier est à l’intérieur d’un jeu. Commence alors une autre histoire, un jeu fascinant, étonnant, parfois cruel…. Et si ce jeu était à l’image de la vie ?

Eduardo De Filipo est l’auteur de nombreuses comédies douces amères qui ont connu un énorme succès en Italie et en France. La Grande Magie reste sa pièce la moins jouée, sans doute parce que c’est la pièce la plus étonnante qu’il ait créée. A la manière de L’Illusion comique de Corneille, le spectateur est entraîné au cœur de deux histoires dont les fils s’entremêlent pour finalement apparaître comme des images du rêve et de la réalité. En plus d’être une magnifique réflexion sur l’illusion et sur le besoin de l’homme de vivre ses rêves, la pièce fait rire et nous entraîne toujours vers la limite du comique. Aux moments où des larmes pourraient poindre, la pièce nous entraîne alors, à chaque fois, vers un autre éclat de rire…

Distribution

  • Calogero Di Spelta : Bruno GUÉNEGOU

  • Marta Di Spelta : Cécile PINARD

  • Otto Marvuglia : Pierrick DELONGLÉE

  • Mme Locascio / Roberta Magliano : Céline BRIAND

  • Mme Marino : Béatrice GAUTIER

  • Mme Zampa / Rosa Intrugli : Cécile ROBERT

  • Le garçon de l’hôtel : Maxime GENDRON

  • Gervasio Penna : Jean BANNETEL

  • Arturo Recchia : Philippe PATIS

  • Le brigadier / Gennarino : Bernard THORIGNÉ

  • Oreste Di Spelta / agent de police : Dominique DELONGLÉE

  • Amélia Recchia : Hélène BEAUDOUIN

  • Zaïra Marvuglia : Claudine CADIEU

  • Grégorio Di Spelta / Mariano : LOÏC BANNETEL

  • Chanteuse : Adélaïde RICHARD

Technique

  • Mise en scène : Dominique DELONGLÉE

  • Lumières et son : Dominique DELONGLÉE

  • Décors : Philippe PATIS, Pierrick DELONGLÉE, Jean BANNETEL

  • Toiles peintes : Thierry PINARD

  • Costumes : Andrée PINAULT, Marie-Annick THORIGNÉ, Juliette BANNETEL, Claudine CADIEU

  • Maquillage : Odile HEINRY

  • Coiffure : Salon ESCOTT Coiffure de Rennes

  • Souffleuses : Chantal CROIZÉ, Marie-Annick THORIGNÉ, Juliette BANNETEL

  • Publicité : Jérôme CHARIL